Cinéma : « Nos enfants nous accuseront »

Posté par evelynej le 17 novembre 2008

nosenfantsnousaccuserontfichefilmimagesfilm.jpg

Le Synopsis officiel du film (CTV International) :

Nos enfants nous accuseront raconte la courageuse initiative d’une municipalité du Gard, Barjac, qui décide d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Le réalisateur brosse un portrait sans concession sur la tragédie environnementale qui guette la jeune génération : l’empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole (76000 tonnes de pesticides déversées chaque année sur notre pays) et les dégâts occasionnés sur la santé publique. Un seul mot d’ordre : Ne pas seulement constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas.

 

Pour voir la bande annonce du film, cliquez sur l’affiche ci-dessous :

nosenfantsaccuserontfilm.jpg
 

J’ai assisté à la projection du film hier soir. Jean-Paul JAUD était présent pour présenter son documentaire et participer au débat.

J’avais lu la critique de Mathilde Blottière dans Télérama :

« Le titre annonce la couleur : séance d’autoflagellation collective, sortez vos martinets ! Ce documentaire sur les ravages de l’agriculture intensive et ses conséquences sur la santé des consommateurs a déjà fait le tour des blogs écolos. Ex-réa­lisateur de grands directs sur Canal+, son auteur, Jean-Paul Jaud, a souffert d’un cancer du colon dû à la présence de résidus toxiques dans l’alimen­tation. Est-ce sa trop grande proximité avec le sujet qui le pousse à confondre militan­tisme et propagande ? Toujours est-il que Nos enfants nous accuseront échoue à trouver le ton juste. Sentencieux et alarmiste, le film navigue entre discours officiels, rapports d’ex­perts et reportage complaisant. Le tout sur fond d’exhortation au repentir et de musique anxiogène. Assommé de chiffres, le spectateur ressort groggy. « 

Je trouve que sa critique est sévère. Ce film n’a rien d’un film propagandiste. Il aborde le sujet de la pollution agricole via les pesticides et autres produits chimiques que l’on déverse dans le sol. Ces produits contaminent le sol mais aussi l’eau, l’air. Une pollution qui cause aussi des problèmes de santé.

Il témoigne d’une prise de conscience et d’une initiative prise par le maire de Barjac, une bourgade du Gard. En effet, dans ce village situé au coeur de vignobles et de vergers soumis à de nombreux traitements chimiques, le constat de certaines maladies liées à ce mode d’agriculture a amené la municipalité à réfléchir. Le maire a, avec ses conseillers, organisé des réunions pour permettre aux agriculteurs conventionnels et biologiques de dialoguer et d’analyser leurs pratiques. La municipalité a également fait le choix de financer, au détriment du budget voirie,  une alimentation biologique pour les enfants et les personnes âgées de la commune. Ce documentaire n’est pas uniquement alarmiste ; il apporte l’espoir et montre que l’on peut réagir et consommer autrement.

Je ne suis pas ressortie «  groggy  » et même si je trouve certaines  scènes un peu trop mélodramatiques, c’est un film à diffuser pour amener d’autres prises de conscience et engendrer d’autres initiatives comme celle de Barjac.


 

 

Publié dans CINEMA | 3 Commentaires »

1234
 

couleurs et mots |
Les Agités du pinceau |
Finc Organisation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Denis LE POULLENNEC
| Ambiance Vents et Marées pa...
| JBC - peinture, illustratio...